Saturday , August 13 2022
Home / Chris Blattman / Atlantico (France)

Atlantico (France)

Summary:
Des femmes apprennent le maniement des armes en Ukraine. Atlantico : Vous avez récemment publié un livre intitulé "Why we fight" (Pourquoi nous nous battons) et, à l'occasion de la fête des mères aux États-Unis, vous avez décidé d'examiner la question sur un fil : Y aurait-il moins de guerre dans le monde si les mamans étaient aux commandes ? L'argument commun est qu'elles sont par nature plus pacifiques, en raison de leur nature ou de leur culture. Mais vous avez tendance à rejeter cette approche. Pourquoi cet argument ne tient-il pas selon vous ?Christopher Blattman : Les femmes sont un peu plus favorables à la paix que les hommes, du moins lorsqu'elles sont interrogées. La plupart de ces preuves proviennent de quelques démocraties avancées (principalement les États-Unis). Pourtant, les

Topics:
Chris Blattman considers the following as important:

This could be interesting, too:

Chris Blattman writes Acht Wochen Verhaltenstherapie und 200 Dollar verändern das Leben gewalttätiger Männer in Liberia nachhaltig

Chris Blattman writes Review of Why We Fight in Das Milieu

Chris Blattman writes Review of Why We Fight in Frankfurter Allgemeine Zeitung

Chris Blattman writes Interview with Atlantico (France)

Des femmes apprennent le maniement des armes en Ukraine.

Atlantico : Vous avez récemment publié un livre intitulé "Why we fight" (Pourquoi nous nous battons) et, à l'occasion de la fête des mères aux États-Unis, vous avez décidé d'examiner la question sur un fil : Y aurait-il moins de guerre dans le monde si les mamans étaient aux commandes ? L'argument commun est qu'elles sont par nature plus pacifiques, en raison de leur nature ou de leur culture. Mais vous avez tendance à rejeter cette approche. Pourquoi cet argument ne tient-il pas selon vous ?

Christopher Blattman : Les femmes sont un peu plus favorables à la paix que les hommes, du moins lorsqu'elles sont interrogées. La plupart de ces preuves proviennent de quelques démocraties avancées (principalement les États-Unis). Pourtant, les résultats sont assez clairs. Si, par exemple, vous racontez aux gens l'histoire hypothétique d'un conflit entre nations et que vous leur demandez s'ils doivent se battre ou négocier, les femmes sont environ un quart moins susceptibles de soutenir la violence que les hommes.

Il est également clair que les hommes sont plus agressifs au niveau individuel. Les résultats de l'enquête ci-dessus peuvent être le fruit de la nature ou de l'éducation.

Mais les tendances individuelles sont rarement un bon indicateur du comportement des nations. Les groupes délibèrent. Les passions et les pulsions sont filtrées par des couches de décisions et de bureaucratie. Les actions du groupe ne sont pas simplement la somme des sentiments de ses membres. L'agressivité masculine ne fait pas exception.

C'est peut-être l'une des raisons pour lesquelles les dirigeants masculins n'emmènent pas plus leurs sociétés à la guerre que les femmes. Lorsqu'un groupe de politologues a rassemblé plus de 120 ans de données sur les dirigeants modernes du monde entier, il a constaté que les pays dirigés par des femmes étaient tout aussi susceptibles de déclencher une guerre que les autres. Parmi les nombreuses autres défaillances et faiblesses qui mènent à la guerre, la belligérance excessive des hommes est peut-être noyée dans d'autres forces plus stratégiques.

À Lire Aussi

Épidémie, Famine, Guerre : les trois Parques font leur grand retour avec la guerre en Ukraine

En bref, l'agressivité masculine peut rendre les leaders masculins un peu différents, mais il n'est pas évident qu'elle soit un moteur majeur de la politique de groupe.

Il en va de même pour l'histoire. Une autre étude a comparé 500 ans de monarques européens et a constaté que les reines n'étaient pas moins susceptibles d'être impliquées dans des guerres que les rois. Nous devrions nous inquiéter du fait que seules les femmes les plus agressives sont devenues reines à cette époque, bien sûr, et c'est pourquoi elles sont tout aussi belliqueuses que les hommes. Mais lorsque les chercheurs se sont concentrés sur les femmes qui régnaient par accident d'ordre de naissance, ces reines n'étaient pas plus susceptibles de trouver la paix avec leurs rivales.

Votre explication n'est pas tellement orientée vers les femmes en soi. Vous développez l'idée que l'exclusion de tout groupe important, les femmes par exemple, de la politique va rendre les combats probables. Pourquoi cette exclusion et cette mauvaise représentation favoriseraient-elles les conflits ? Pourquoi une représentation politique élargie permet-elle un meilleur contrôle du pouvoir et donc des guerres ?

Lorsque les dirigeants sont confrontés à un pays ou à un groupe rival, ils ont deux choix : négocier ou se battre. Le général prussien Carl von Clausewitz nous l'a appris lorsqu'il a écrit que "la guerre est la continuation de la politique par d'autres moyens".

L'un de ces moyens, cependant, est beaucoup plus coûteux que l'autre. La guerre épuise le trésor public. Elle tue des soldats. Elle conduit au meurtre et au viol d'hommes, de femmes et d'enfants. C'est pourquoi la plupart des ennemis préfèrent le compromis.

Mais que se passe-t-il si les dirigeants ne sont pas responsables de ces coûts ? Pour un autocrate, la guerre impose des coûts et des risques. Mais ils sont à l'abri d'une grande partie des morts, du chaos, de la spoliation, du pillage et du saccage. Ils sont donc trop prompts à éviter le compromis et à utiliser la violence pour atteindre leurs objectifs personnels. 

À Lire Aussi

Mobilisation générale des hommes ukrainiens : quid des femmes et de la guerre à l’heure de l’indifférenciation des genres ?

Même les dirigeants démocratiques sont sujets aux mêmes préjugés de guerre que les autocrates si seulement la moitié de la population a le droit de vote. Qu'il s'agisse des femmes, d'un groupe ethnique ou d'une minorité religieuse qui n'a pas voix au chapitre, les dirigeants de ces sociétés vont ignorer certains coûts, augmenter le risque de violence et rendre les accords de paix plus difficiles à trouver.

En faisant participer les femmes à la prise de décision, on devrait rendre les sociétés plus représentatives, obliger les dirigeants à tenir compte des ravages de la guerre et donc faire des choix plus pacifiques.  

Quels sont les exemples historiques qui soutiennent cette vision ?

Plusieurs politologues ont rassemblé des données sur les guerres et le droit de vote des femmes, et ils constatent que l'obtention du droit de vote par les femmes est corrélée à un régime plus pacifique. Malheureusement, nous ne disposons pas de preuves causales vraiment solides car nous n'avons pas beaucoup d'expériences réelles ou naturelles.

Mais nous savons que la plupart des conflits impliquent des dirigeants autoritaires. Par ailleurs, les démocraties ne se battent presque jamais entre elles, ce que les politologues appellent la "paix démocratique". En général, cela reflète la façon dont une inclusion plus large a contrôlé et équilibré nos dirigeants biaisés par la guerre, et a conduit à moins de conflits internes et internationaux. 

Cet exposé peut-il expliquer, au moins en partie, les guerres actuelles dans le monde ?

Dans Why We Fight, je soutiens que la raison principale pour laquelle il y a des guerres dans le monde est que les dirigeants ne sont pas contrôlés et ne rendent pas de comptes.

À Lire Aussi

Ce que la très discrète mobilisation de nouveaux soldats révèle du regard que porte Poutine sur les Russes

La guerre est ruineuse, et chaque réponse à la question de savoir pourquoi nous nous battons est une raison pour laquelle nos sociétés ou nos dirigeants ont négligé ces coûts et ont décidé de négocier dans le sang plutôt qu'à la table des négociations.

Lorsque les dirigeants ne sont pas contrôlés, non seulement ils ignorent les coûts de la guerre, mais nous sommes également soumis à leurs passions individuelles, leurs caprices ou leurs désirs de gloire. Il est également plus difficile pour les rivaux de négocier avec un autocrate, car il est plus facile pour lui de revenir sur ses promesses. Un pouvoir qui ne rend pas de comptes est à l'origine de la plupart des guerres. Contrôler ce pouvoir - par le biais de corps législatifs, de la société civile, d'institutions internationales et (surtout) de l'émancipation des femmes et des minorités - est un moyen efficace de lutter contre la corruption. 

On le voit clairement avec Vladimir Poutine. En tant qu'autocrate personnalisé, il peut poursuivre ses propres objectifs idéologiques, il est isolé et trop sûr de lui, il a intérêt à poursuivre la guerre pour réduire la menace d'une révolte démocratique, et il a du mal à conclure des accords crédibles qui pourraient aider l'Ukraine et la Russie à faire la paix. Je détaille cet argument dans une récente tribune libre du Wall Street Journal

S'il avait été contrôlé, cette guerre n'aurait probablement pas eu lieu. Si la Russie était gouvernée par un Politburo ou une ploutocratie, ce serait une amélioration. Le suffrage universel encore plus.

Christopher Blattman, Professeur à la Harris School of Public Policy de l'Université de Chicago, a publié "Why We Fight" aux éditions Viking UK.

Atlantico (France)

Chris Blattman
Political economist studying conflict, crime, and poverty, and @UChicago Professor @HarrisPolicy and @PearsonInst. I blog at http://chrisblattman.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *