Wednesday , September 30 2020
Home / Lars P. Syll / Les problèmes clés de l’UE

Les problèmes clés de l’UE

Summary:
Les problèmes clés de l’UE Ouf ! La réunion des dirigeants des Etats de l’Union européenne (UE) n’a finalement pas accouché d’une souris. Le plan de relance qui vient d’être décidé est une avancée politique et institutionnelle très importante … Un tabou est tombé, celui du refus de principe de toute solidarité financière entre les Etats membres face à la crise. Mais surtout, ce plan est inscrit dans la logique néolibérale de l’UE, et il l’est même triplement. D’abord, comme ses Etats-membres, l’UE empruntera sur les marchés et sera donc dépendante d’eux et des conditions qu’ils lui consentiront. La Banque centrale européenne (BCE), « indépendante », pièce maîtresse de l’ordre néolibéral, reste la banque des seuls marchés. Elle n’est pas celle des Etats,

Topics:
Lars Pålsson Syll considers the following as important:

This could be interesting, too:

Lars Pålsson Syll writes Game theory — a severe case of Model Platonism

Lars Pålsson Syll writes Why game theory fails to live up to its promise

Lars Pålsson Syll writes What’s the use of economic models?

Lars Pålsson Syll writes MMT and the need for tax reforms

Les problèmes clés de l’UE

Ouf ! La réunion des dirigeants des Etats de l’Union européenne (UE) n’a finalement pas accouché d’une souris. Le plan de relance qui vient d’être décidé est une avancée politique et institutionnelle très importante … Un tabou est tombé, celui du refus de principe de toute solidarité financière entre les Etats membres face à la crise.

Les problèmes clés de l’UEMais surtout, ce plan est inscrit dans la logique néolibérale de l’UE, et il l’est même triplement. D’abord, comme ses Etats-membres, l’UE empruntera sur les marchés et sera donc dépendante d’eux et des conditions qu’ils lui consentiront. La Banque centrale européenne (BCE), « indépendante », pièce maîtresse de l’ordre néolibéral, reste la banque des seuls marchés. Elle n’est pas celle des Etats, bien qu’elle tire d’eux son autorité !

Ensuite, dans le diagnostic que ce plan porte : le Nord, « frugal », se cotise et manifeste sa solidarité envers le Sud, dépensier et peu efficace. C’est là se tromper totalement, car le vrai problème reste non traité. La réalité, c’est que le mode de fonctionnement de l’UE, empêchant toute harmonisation vers le haut des règles sociales et fiscales, interdit toute véritable convergence des économies ; aussi l’euro est-il depuis l’origine bâti sur une incomplétude. Une monnaie unique ne peut se construire sans une législation pleinement harmonisée. Faute de cela, c’est la loi de la jungle, celle en l’occurrence du dumping fiscal et social. Faute d’harmonisation, c’est un alignement forcé par le bas qui se profile pour les réticents …

Sans rupture avec le dogme de la non-harmonisation par le haut des législations, il ne pourra y avoir de convergence que par le bas. L’essentiel des difficultés des finances publiques des pays du Sud vient de là. Quoi qu’on en dise, il n’y a pas de modèle social et fiscal européen, mais un choc permanent entre deux modèles : celui des pays du nord de l’Europe, jouant sur les excédents commerciaux, et celui qui s’est historiquement édifié dans les pays latins, qui permet à ces derniers d’absorber les excédents du Nord, sans lequel les pays soi-disant vertueux connaîtraient les affres de la récession.

Pierre Khalfa, Dominique Plihon, Jacques Rigaudiat, Aurélie Trouvé / Le Monde

Lars Pålsson Syll
Professor at Malmö University. Primary research interest - the philosophy, history and methodology of economics.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *